45k8z596

 

Je suis un oiseau.
Un grand oiseau blanc, porté par le souffle du vent.
Mes ailes déployées, je vole jusqu'au firmament, en me laissant flotter au milieu des nuages.
Viens, viens avec moi, je te montrerai comment faire, pour atteindre le ciel.
Viens, donne- moi la main, je t'emmène au pays d'où je viens.
Là bas, tu verras, tu t'élèveras encore plus haut que la cime des arbres, tu te feras léger comme la brise et tu voleras avec de belles ailes blanches au-dessus des nuages.
Viens, n'aie pas peur, je suis là, je vais te guider, je connais tous les chemins tracés dans le ciel, je te les apprendrai.


Je suis un oiseau.
Mon plaisir, c'est voler, et aujourd'hui, je t'emmène avec moi.
Laisses-toi aller, je vais t'aider.
Ferme les yeux, sens mon souffle à ton oreille et laisse- toi faire, n'aie pas peur de moi, je ne suis qu'un oiseau aux ailes blanches.
Oui, je sens que tu es prêt à voler avec moi. Regarde, tu flottes déjà et ne sens-tu pas deux petites ailes pousser dans ton dos? Elles sont belles, elles te mèneront où tu voudras.
Viens, suis-moi. Je vais te faire voyager, dans des contrées dont tu ne soupçonnais même pas l'existence.
Oh! Tu trembles? …Mais ce n'est rien, tu vas voir, on s'y fait, voler n'est pas sorcier. Regarde, laisse-toi flotter, le reste se fait tout seul, c'est ton esprit qui t'élève, aie confiance en lui.
Allez viens, prends ma main.
Tu vois cette lumière au loin, c'est là-bas que nous allons, elle est belle n'est-ce pas?
Le chemin est long jusqu'à elle, avant d'y arriver, je te montrerai des merveilles.


Je suis un oiseau. Toi aussi.
Je savais bien que tu aimerais voler près de moi.
Viens, frôle-moi du bout de ton aile. Sens-tu la douceur de ces belles plumes blanches?
Regarde juste en dessous de nous, il y a une belle étendue de nuages. On dirait un champ de coton, moelleux et doux comme la peau des bébés.
Suis-moi, on plonge dedans! … On fait des cabrioles, sans se soucier de savoir si on n'a plus l'âge de faire ça. C'est bien non? J'ai toujours adoré faire ça, je suis contente que cela te plaise aussi. Ces nuages sont vraiment très doux, j'en ai rarement vu d'aussi tentants, jouons un peu, comme si nous étions encore des enfants. Ces boules de coton blanc sont vraiment exquises, regarde comme nous nous enfonçons dedans.
Quoi, ça mouille!! Evidemment, ne savais-tu pas que les nuages sont l'esprit de l'eau? Aurais-tu peur de l'eau? …Viens, remontons, au-dessus, là où le ciel est bleu, le soleil nous réchauffera et fera sécher nos jolies ailes d'oiseaux.
Attends-moi, tu vas beaucoup trop vite…prends ton temps…nous ne sommes pas pressés, il y a tant de choses à voir encore.


Nous sommes des oiseaux.
Je t'entraîne avec moi dans le ciel. Dis donc, tu y prends goût!
J'aime te regarder voler, tu es libre d'aller où tu veux maintenant, mais j'aimerais que tu restes près de moi, je ne t'ai pas tout montré et le voyage n'est pas terminé.
Viens, descendons vers ce fleuve que l'on aperçoit en bas. Son cours brille sous la lumière du soleil, il serpente dans le paysage vert de la forêt.
Ecoute le bruit du vent qui s'emmêle dans les branches des arbres, on dirait qu'il chante sa mélopée d'Amour à la nature en éveil. C'est beau, n'est-ce pas, le bruit du vent? …Avais-tu déjà fait attention avant, que cette mélodie a le pouvoir de t'emporter aussi haut que les ailes de ton dos?
Vole, ferme les yeux, et ressens tout ce que le vent porte en son sein. Il t'offre le souffle de la vie, il te porte sur son courant tiède, il t'élève et tu es bien au creux de lui.
Donne-moi ton aile, laissons-nous porter, nous verrons bien où le vent nous emmènera. Regarde, nous suivons le fleuve, déliant les courbes, contournant les boucles, nous glissons vers cette grande étendue de clarté que nous apercevons au loin.
Oui, c'est l'océan…. Il nous appelle, viens, tu vas voir comme c'est beau là bas.
Regarde l'écume à la crête des vagues, on dirait que l'Océan veut ressembler au ciel, en faisant naître des nuages salés.
Viens, suis moi et frôlons cette mousse blanche du bout de nos ailes, en prenant garde de ne pas plonger. C'est excitant d'approcher le danger, mais n'aie pas peur, je ne te laisserai pas submerger par la fureur de la houle. Avec moi, tu ne crains rien, je contrôle les éléments, c'est mon rôle, je suis un oiseau venu de la lumière, ne l'oublie pas.


Nous sommes des oiseaux.
Viens, remontons au-dessus des nuages. Approche-toi de moi, que de mes ailes, j'ôte le sel de ton plumage. Tu es devenu un bel oiseau, je suis fière de toi, je n'en attendais pas moins, je savais que tes ailes te porteraient haut.
Viens, allons ensemble à travers le ciel qui se voile d'ombres. N'aie pas peur c'est la nuit qui vient. Lorsque le soleil sera couché, la lune viendra veiller sur notre vol, avant que nous ne dormions, tu verras comme elle est belle aussi.
Le soleil est bas sur l'horizon, il projette une aura de feu sur la surface de l'Océan. Si nous la survolons, nos ailes semblent s'embraser, prenant la couleur incandescente de l'astre de jour qui s'endort. Nous devenons Phœnix, nous renaissons pour la nuit qui s'approche.
Tu as froid? ..Viens plus près de moi, je te réchaufferai de mon souffle tiède et te ferai un abri de mes plumes.
Regarde, la lune est là. Elle ne tarde jamais, pour venir éclairer de sa lueur fragile, les voyageurs tels que nous.
Jouons encore à voler dans le ciel, le temps que les étoiles s'allument une à une. On dirait que le ciel se pare de mille étincelles, pour éclairer notre route.
Allons vers cette île dont nous voyons la silhouette au loin, nous nous y poserons pour passer la nuit à rêver. Tu voles autour de moi et je te caresse du bout de mes ailes. Nous goûtons l'instant d'un vol l'harmonie de deux âmes qui se connaissent. Ne dis rien, profite juste de ce moment magique à nul autre pareil. Nous sommes oiseaux, à tire d'ailes, nous allons vers la lumière, suis-moi, je t'emmène….


Je suis un oiseau. Toi aussi.
Posons-nous à la cime des arbres, ils nous feront un écrin pour bercer notre nuit.
Viens, blottis-toi contre moi, l'un contre l'autre nous aurons moins froid. Tu t'endormiras en écoutant le bruit de mon cœur et nos ailes se mêleront jusque dans nos rêves.
Laisse-toi aller, la nuit nous enveloppe et la lune veille sur nous.
Entends-tu les oiseaux de nuit qui prennent leur envol, ils entament une chasse nocturne, laissons-les, nous ne craignons rien, nous ne sommes pas leurs proies.
Viens, pose ta tête sur mon épaule et dormons. Demain, nous continuerons notre voyage.
Fais de beaux rêves, mon bel oiseau, que ta nuit soit douce.


Sous le regard tendre de la lune, les oiseaux aux belles plumes blanches s'endormirent enlacés. Dans leurs rêves, ils se rejoignirent pour voler encore, se caressant du bout des ailes dans le souffle du vent.
L'aurore les trouva blottis l'un contre l'autre et leur insuffla l'éveil en douceur.
Au premier rayon de soleil, ils se retrouvèrent les yeux dans les yeux, savourant la présence de l'autre.


Je suis un oiseau. Toi aussi.
As-tu bien dormi? ….Oui, moi aussi, j'ai rêvé de Toi, tu étais dans mon rêve et nous volions ensemble.
Viens, continuons notre voyage. Le soleil s'est levé sur l'horizon, il nous montre le chemin, ce soir nous atteindrons peut-être le rivage.
Allez, suis-moi, on y va!
Regarde comme tu as pris de l'assurance, hier encore, tu avais peur du vide, aujourd'hui tu voles haut, sans te préoccuper de l'immensité qui nous entoure.
Nous sommes libres, j'aime te sentir prés de moi, cela me rassure. Voler seule, ne m'a jamais plu ; Avec toi, le voyage est un rêve facile, qui s'écoule comme une caresse sur la peau.
Sens-tu l'air qui fraîchit? Nous approchons des montagnes couronnées de neiges éternelles. La blancheur immaculée irradie sa lumière jusque dans le ciel.
Planons un peu au sommet de ce pic qui semble faire le guet sur le paysage sauvage qui s'étend à ses pieds.
Viens, suis-moi, je vais te montrer un endroit magnifique, caché au bout de cette vallée. Longeons l'à-pic, n'aie pas peur de tomber, tes ailes te portent, ton esprit t'élève, bientôt tu verras l'une des plus belles choses que la nature donne en cadeau.
Regarde cette cascade qui dégringole de la montagne. Elle n'a pas de nom parce que nul homme ne l'a encore contemplée. Elle est juste là pour toi et moi, buvons l'eau qu'elle nous offre, il n'y a rien de plus pur pour étancher notre soif.


Nous sommes des oiseaux.
Viens, reprenons notre vol et montons au-dessus des nuages. J'aime cette blancheur qui s'étend jusqu'à l'horizon.
L'horizon! T'es-tu déjà demandé ce qu'il y avait de l'autre côté?
Et bien, moi, j'y suis allée…. Il y a un monde pareil à celui-ci, mais il y fait toujours beau. Le souffle du vent y est plus doux, la pluie bien plus chaude et l'air plus pur qu'en tout autre endroit. D'autres oiseaux y vivent en parfaite harmonie, dans la clarté qui inonde tout. Chacun de nous, aura la chance d'aller là bas le moment venu. Il ne faut pas précipiter les choses, juste prendre son temps et profiter de chaque instant de bonheur.


Tu es un oiseau. Moi aussi.
A présent, c'est moi qui te suis. Emmène-moi au bout du voyage. Laisse ton cœur te dicter le chemin. Depuis le début de ta vie, il est inscrit en toi, vole et tu sauras par où il faut aller, moi, je te suivrai.
Quoi? Tu veux que l'on reste encore un peu ici pour voir encore d'autres choses? Mais bien sur, je suis d'accord, continuons le voyage ensemble, la lumière attendra encore un peu…… Encore un peu……

. *´¨ )
¸.•´¸.•´¨) ¸.•*¨)
(¸.•´ (¸.•´ .•´ : (´¸.•*´¯`*•--> Emmène-moi………………………




Oiseau de paradis
Tel l'Albatros blanc
Emporte-moi loin d'ici
Vers le firmament

Vole mon bel oiseau
Sur les ailes du vent
Par delà les roseaux
Au dessus des océans

Je te suivrai encore
Jusqu'au bout du voyage
De nos corps à corps
En buvant ton visage

Oiseau blanc délicieux
Emmène-moi là bas
Jusque dans les cieux
Et soyons heureux ici bas…..   

L'oiseau bleu de René Magritte

"L'oiseau Bleu" de => René Magritte




@ Valérie Pes aux éditions Le Manuscrit

68768005_p


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Avertissement : ce texte, faisant parti d'un recueil ( Histoires au Coin du Feu - D'Ombre & de Lumière ) édité aux "Éditions Le Manuscrit", est sous couvert d'une licence. Toute reproduction totale ou partielle, est susceptible de poursuites judiciaires.