moonlight-shadow_3286368-L

 

Non point, oserais croire en ce rêve effleuré,
A jamais envolé
A jamais passé de l'autre côté du miroir des illusions.
Fusse-t-il tendre à ma mémoire,
Qu'il palpite encore si fort parfois,
Que d'un revers de cœur, je brise son écho !

Non point, oserais caresser cet espoir fou,
A tout jamais gravé
A tout jamais mêlé au sang de mon âme.
Fusse-t-il moins insensé qu'alors,
Qu'il vienne encore me nourrir,
Que ma raison me souffle l'abandon !

Non point, oserais rêver de cette éternité,
A jamais en moi scellée
A jamais si fragile et si forte à la fois,
Fusse-t-elle si présente en moi,
Qu'elle vienne murmurer encore
Que les rêves se réalisent parfois !

Non point, oserais laisser frémir mon cœur,
A jamais vide de nous,
A jamais si rempli de ta douceur,
Fusse-t-il éperdument à toi
Qu'il cru un jour cesser de battre,
Que la peine lui fit glacer la grâce !

Il est des histoires
Qui jamais ne s’effacent,
Qui de leurs souvenirs
Nourrissent les jours sombres.
Ainsi, sont les ailes du vent,
Qui émerveillent au fil du temps.
Si un seul vœu puisse être accordé,
Non point n'oserai le formuler.
C'est la Lune qui gardera secret,
Ce que mon âme pleure en silence !

 

Valérie Pes

 

Texte sous copyrigth Sceau1