Par Désespoir
mardi 18 septembre 2012

A six pieds !

  Devant la pierre froide de granit, je m'incline et mon âme plonge à six pieds.Je sais qu'elles sont là, toutes deux figées dans le marbre de cette non-vie.Je les imagine là endormies à jamais leurs yeux clos, leurs lèvres closes.Pour moi, le ciel est immense, la vie est infinie, je n'irai jamais là où elles sont!J'aurai voulu leur dire que je n'étais pas l'ombre qu'elles imaginaient,Que derrière mon regard de petite fille il y avait tant d'amour à donner.J'aurai voulu lui dire, à elle ma mère, celle qui m'a donné la... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 19:16 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 6 août 2012

L'orage

Illustration : "La Tempête" de Valérie Pes   Entends-tu venir l’orage ?Le ciel s’est assombriLe vent cri dans nos sillagesDedans, il fait déjà nuit !Le tonnerre gronde Les murmures ont fuitMa terre s’inondeEt déjà je m’enfuis !J’ai navigué sur les mers déchaînées, pareilles aux délugesBarrant mon cœur comme un radeau sans voiles ni refugeJ’ai affronté des marrées basses, sans jamais renoncerEtreignant l’infime espoir d’ôter l’épine en  moi enfoncée.Je ne crains ni l’hiver, ni la pluie, fusse t-elle torrent,Mon âme est... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 17:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
dimanche 20 mai 2012

Ressac...

  Ressac…L’amer m’a balancé las !Je me dérive en bulles d’écume de rage,Sous les embruns qui me dévisagent, j’orage !Les vagues à l’âme de fond s’étirentJe perd la saison, la direction !Le Nord en ligne de mire,La grève me happe,Et je bascule Dans l’Ô !Remous…Je perds pieds de mes rimes !Je rame à contre courant d’air marin,Méduse et ange à la fois, c’est encore moi !L’amarrer à  mon radeau serait folie d’eau douce,Qu’importe, si je m’exporte à l’envers,Je hisse haut la voile, larguée !Je vise le vent salé,La galère... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
mercredi 21 septembre 2011

J'oublierais

J’effacerais tes mots, tes murmures au clair de lune, ces petites bulles de bonheur que tu déposais sur mon cœur comme autant de particules d’oxygène. J’oublierais la douceur de tes lèvres, quand elles traçaient sur ma peau des chemins printaniers, auréolés de milliers de fleurs sauvages, dont le vent emportait les pétales colorés pour cacher tout mes nuages. J’abolirais les battements de mon âme, qui s’affolait au moindre de tes petits souffles venus s’endormir à mon cou.Je me passerais de tes bras, qui savaient si bien me donner... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 20:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mardi 19 avril 2011

L'Arracheur Dedans

  L'arracheur dedansEcorche l'innocenceDe sa vile démenceSemant la terreurQui exsude la peurAu travers des coupsFrappés en dessous. L'arracheur dedansVomi sa violenceEt sème la souffranceDans les âmes fragilesEt les cœurs en exilsFracassant sans cesseDu poing sa faiblesse.L'arracheur dedansEst un prédateurSans âme ni cœurJamais un remordAu dedans ni dehorsHomme assassinQui le mal étreint. L'arracheur dedansDe sa griffe mortelleBrise des fées leurs ailesEn paroles en menacesToujours plus tenacesJamais sans relâcheL'attitude... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 20 mai 2008

Pour une éternité de silence...

    A tous ces bourreaux qui condamnent, D'avoir pris, sans même le leur demander L'hymen, la virginité, d'une femme Qu'elle ne voulait point leur donner, Faisant d'elle, une âme à jamais torturée, Je dis qu'il viendra le temps Ou il vous faudra payer Ce vil instant d'égarement Où vous l'avez à demi tuée ! A vous, Messieurs les voleurs Vous qui n'aviez point de cœur Vous qui croyiez que le plaisir Se doit d'être volé comme un loisir, Je dis qu'à jamais vous êtes maudits; Que les feux de l'enfer vous brûlent Corps et... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 12:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

Clepsydre de Fée...

Ecrire des histoire de Fées qui pâlissent dans leur sous bois, les ailes à demi voilées de brume, écorchées par les revers qui s'empilent à n'en plus finir, en tour de Pise en château de carte écroulé, voilà ce que mes mots disent en boucle, en spirale et en volute de pensées fatales !Et pourtant, je ne suis pas que cela ! Femme avant toute chose, avant toute créature inconsistante, je suis ! Je suis faite d'émotion, sensibilité à fleur de peau, ça palpite en dedans et pas à demi mot…Quand je donne, je le fais avec toute la... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 21:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 6 avril 2008

Dérive

  Lande éperdue, vallonnée de milliers de grains de peau, transparente sous la caresse du vent d'automne. Au loin le ciel résonne au levé d'un nouveau jour qui prend vie.Alors pourquoi cette gorge qui se noue d'écume, quand les yeux levés elle contemple la lune qui s'endort à l'horizon bleuté ?Petite créature des ombres, cachée sous les frondaisons, elle espère chaque nouveau jour du monde, un avenir où les nuits n'existeraient plus. Les ailes moirées de rosée, petite fée se raccroche à l'infime battement qui subsiste... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 21:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 1 septembre 2007

* Le Chant du Rossignol *

    Entends tu le chant du rossignol qui se meurt ? Entends tu sa complainte qui trille vers le ciel ? Écoute ses larmes qu'il expose aux cieux ! Écoute son âme qui le quitte peu à peu.Il se meurt, mon amour dans des notes d'amertume, dans des silences d'infortune.Et pourtant il veut vivre ! Et pourtant il cherche encore tout ce qui pourrait encore le retenir.Sa chanson, mon cœur, est une ode à l'amour, un serment qu'il offre aux étoiles.Tu as entendu tellement de chants funèbres, tu as hébergé tant de douleurs dans ton... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 20:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]