lundi 26 décembre 2011

Les Flocons

  Ils tombent, légers et doux,Comme des baisers mouillés venus du ciel,Les flocons !Scintillants petits cristaux, Qui à peine posés se fondent au paysage enneigé. Millier d’étoiles éphémères, Qui dans un rayon de soleil d’hiver Se changent en étoiles de cristal Et me rendent le cœur en enfance. Que de souvenirs, viennent alors éclorent sur le voile de ma mémoire ! Jamais je n’oublierai la magie des ciels de Noël, Quand la ville s’étincelait  de feu et d’or Dans l’odeur des marrons grillés Qui réchauffaient nos mains... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 14:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

dimanche 2 octobre 2011

Je lèverai mon Verbe !

  "Le baiser de l'amour" d'Antonio Canova Je lèverai mon verbe au souvenir de nous !J’irai marcher sur la tombe de nos illusions passées sous le regard bienveillant de nos soupirs, pendus à la clepsydre du temps. J’inventerai des nuages roses où nous irons flotter emportés par nos souffles coupés, par notre déraison affolée. Et tu seras là, comme avant dans ce grand vent d’automne qui tourbillonnait jusqu’à nous geler les os afin que l’on puisse mieux s’en réchauffer. Et je reverrai tes yeux où j’aimais me perdre pour... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
mercredi 21 septembre 2011

J'oublierais

J’effacerais tes mots, tes murmures au clair de lune, ces petites bulles de bonheur que tu déposais sur mon cœur comme autant de particules d’oxygène. J’oublierais la douceur de tes lèvres, quand elles traçaient sur ma peau des chemins printaniers, auréolés de milliers de fleurs sauvages, dont le vent emportait les pétales colorés pour cacher tout mes nuages. J’abolirais les battements de mon âme, qui s’affolait au moindre de tes petits souffles venus s’endormir à mon cou.Je me passerais de tes bras, qui savaient si bien me donner... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 20:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 1 septembre 2011

Blog sous Copyrigth

Les Textes et Poésies publiées dans ce blog, font l'objet d'un Copyrigth. Déclaration des droits d'Auteur n° 00050409 Toutes reproductions partielles ou totales de mes créations sont donc illégales et donc passibles de poursuites judiciaires. Je vous engage formellement à me contacter si vous vouliez utiliser l'un de ces textes.   Pour plus de renseignements veuillez consulter la page ci-dessous   Je vous souhaite Bonne Lecture
Posté par Rivendell à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 27 août 2011

La Sibylle du Temple, ne leur avait rien dit....

Temple de la Sibylle - Jardin des Buttes Chaumont - Paris Sous le Temple de la Sibylle des Buttes Chaumont, raisonne encore la douceur d’une chanson d’amour. Lorsque le vent du Nord étreint celui du Sud, il tourbillonne entre les colonnes en emportant au loin des souvenirs d’un passé inexorablement abandonné à la caresse du temps.Il fut un Automne bien plus chaud que mille autres, où la lumière de deux cœurs ont abolis l’hivers. Un seul souffle a traversé la saison, pour s’en allé mourir aux instants mornes et froids lorsque la... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 15:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 18 juin 2011

Quand Minuit Sonnera

Quand Minuit Sonnera   Ce matin là, tout aurait pu être ordinaire, mais le soleil avait décidé de ne pas se lever. La Terre était plongée dans l'obscurité et chacun se demandait ce qui avait bien pu se passer.Le ciel portait d'étranges marbrures allant du mauve, au vert émeraude, tout en mouvances et vibrations. L'air était chargé d'électricité, comme si tout allait exploser. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, ce matin là, Marie sentit que quelque chose s'était passé. Sa gorge se noua, elle était incapable de se lever, elle... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 12:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 14 juin 2011

L'Affabuleuse Histoire d'un Farfada

" Laissez moi vous Conter une histoire improbable ... ou peut être pas!"   L'Affabuleuse Histoire d'un Farfada       A oublier l’essence de la vie, l’homme dans sa grande décadence, en perdit à la fin l’Emerveille. On lui fit pourtant mainte recommandations «  Croire aux Fées pour qu’elles ne meurent point » « Ne jamais user ni du fer ni du sel à leur encontre » mais rien n’y fit, l’homme continua sa route s’en se soucier du Petit Peuple qui se mourait peu à peu.Les siècles s’écoulèrent, des millier de... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 15:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
mercredi 1 juin 2011

La Porte

« La Porte » Ou « Le voyage utopique »     Voici ce que l’histoire dit :« Quand porte scellée depuis des millénaires s’ouvrira, adviendra l’aube d’un nouvel espoir de lumière. »Le temps n’est rien quand il se décompte à l’avènement du monde. Des civilisations ont surgies du néant, ont grandies puis se sont éteintes. Certaines ont laissées leurs traces dans la pierre et les parchemins, mais il en est d’autres qui telles des mondes insondables gardent encore leurs secrets les plus sombres. Nuit profonde, sans lune, d’un... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 17:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 23 mai 2011

Chant d'un Troubadour

    Ah, que vous dirais-je en ce jourVous qui m’êtes tendre amour !Sans détours aucuns, je n’en douteVous êtes le plaisir auquel je goûte.Vos tournures si tendrement exquisesQue je peux contempler à ma guise,M’emportent dans des contréesQue je n’aurais, sans vous, imaginées !Sur ma peau vos mains cheminentEn des parcours que l’on devine.Ingénue, vous êtes l’audaceLa vertu y perdant sa place !Oh, que votre parfum m’enivreQuand à vos rondeurs je dérive.Si précieuse et délicate, ma Dame,Vous enchantez mon corps qui se... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 22:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 14 mai 2011

In Verbum Veritas

  Ecorchée en dedansC’est à coup de rimes Que la poésie s’escrimeA fustiger nos larmes.Arrimée aux possiblesElle atteint l’inaccessibleDes rivages sans visagesDes horizons sans prisons.Et moi, dans tout cela,Que puis-je faireSi demain l’on bâillonneMes mots, en maux d’amour ?Il est des questions sans réponsesDes jours si longs, si loinQue l’on s’y enfonceJusqu’à perdre la raison !L’apostrophe s’essouffleMortel bouche à boucheQu’on accouche de vers,A boire jusqu’à l’amer.Et puis, l’espoir nous rependCruel démenti, qu’on crois à... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]