lundi 9 avril 2012

Où que j'aille

  Cela ressemblait au printempsDans l’explosion des couleursD’un automne où tout arriva.Sous l’or et le feu de ses doigtsJe lui offrit le plus doux de moi.Son regard disait qu’il m’aimaitEt au fond de moi, j’y croyais.Il avait ce petit sourire si tendre,Cette façon de me surprendreQui est resté gravé en mon cœur,Comme la plus câline des douceurs.Un seul petit « oui » me donna des ailesEt j’ai volé tellement haut jusqu’au ciel,Que dans son sillage tout était possible,Et par son regard tout était accessible.Contre sa peau je ne... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 19:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 4 avril 2012

L’ironie du sort : ou les tribulations d’une mandataire en fin de contrat !

Dix années de bons et loyaux services à être aux petits soins d’une mamie qui plongeait irrémédiablement dans la sénilité…. Pas de rancœur, loin de là, car c’est avec le cœur et sans penser au sacrifice que j’ai donné de mon temps… Le temps, parfois ne se compte pas en temps, mais en actes gratuits. On ne compte pas l’amour que l’on donne. On donne, c’est tout ! Et même si j’étais en partie « l’employée » de mamie, cela ne représentait qu’un petit tiers du temps passé auprès d’elle. Le reste du temps, les deux tiers restants, c’était... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 3 avril 2012

Ad Vitam....

   Du temps d’hier surgissent les motsGrondants comme torrents, à flots.L’oubli ne trouve jamais placeEn mon cœur qui craint la glace. Oublierai-je seulement un jour,Ce qui fut l’essence même d’amour ?En mon âme fragile je ne peuxDémentir l’instant langoureux.Quand nos cœurs battaient ensembles,Nous nous aimions, il me semble ?Saches que rien ne change jamaisNi le temps ni la vie, à qui sait aimer !Si demain, par manque d’amour je meursDans tes yeux je ne veux point de pleurs.Tes larmes cristal, j’en garde souvenirCar... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 31 mars 2012

Sur son lit couchée..

    Petite pomme fripéeSur son lit couchéeMamie s’est endormie.Quatre vingt dix printempsA égrainer le temps,Et revivre ses vingt ans.Oubliées les années Sa robe de mariée !Balayés les souvenirsLes visages et l’avenir !Comptés à reculonsLes instants, surtout les bons !Elle avait le regard d’azurLes gestes qui rassurent,Elle aimait l’accordéonLe bal et ses flonflons.Dans sa vie sans trêvesElle vivait ses rêves.Décompte à reboursJusqu’à oublier l’amour !Effacée, sa descendanceElle retourne en enfance !Adieu les jolies... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 23:16 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 16 mars 2012

L'Albatros

    Je suis un oiseau.Un grand oiseau blanc, porté par le souffle du vent.Mes ailes déployées, je vole jusqu'au firmament, en me laissant flotter au milieu des nuages.Viens, viens avec moi, je te montrerai comment faire, pour atteindre le ciel.Viens, donne- moi la main, je t'emmène au pays d'où je viens.Là bas, tu verras, tu t'élèveras encore plus haut que la cime des arbres, tu te feras léger comme la brise et tu voleras avec de belles ailes blanches au-dessus des nuages.Viens, n'aie pas peur, je suis là, je vais te... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 11:09 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
jeudi 8 mars 2012

Femme

Illustration : Sadness of Gaïa de Josephine Wall => ici   Je suis Rose et pétalePetite chose fragile,Un morceau de cristal,Une boule d’argile.Je suis la terre et l’eauLe vent de part la montagne,L’oiseau blanc de Bretagne,La mélopée du roseau.Je suis l’été qui s’achèveL’automne flamboyantL’hiver des faux-fuyantLe printemps qui crève.Le suis l’espoir infiniLa rivière qui gronde,Le tumulte de l’onde,La nuit sombre qui fini.Je suis âme légèreL’aile vagabondeLe cœur qui s’inondeLa plume éphémère.Je suis le saint caliceLe Graal... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 17:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

vendredi 24 février 2012

Oui...

  C'est fou ce qu'un petit mot peut revêtir d'importance.... C'est fou ce que celui-ci peut déclancher comme émotionsPour peu qu'on le dise en murmurant tendrementPour peu qu'il vienne éclore au creux d'un soupirOui….. Tendrement ouiPour des jours et des nuitsDes matins à corps perdusAuréolés de parfums défendusEnlacés, emmêlés, caressés,Enivrés de désirs endiablés.Oui…. Intensément ouiPour goûter à ta peauEt la mienne en cadeau !S'offrir sans pudeur ces instantsEn millier de secondes hors du tempsRetourner le sablier à... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 18:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 19 février 2012

Histoire d'un livre

Je vous présente mon premier recueil de Nouvelles, paru en Août 2007 aux Editions Le Manuscrit.Actuellement disponible en librairie ( en fournissant le n° ISBN : 2-7481-9150-1  ou le n°EAN :9782748191509 )également sur Alapage en version numérique ( 5.95€ )  Amazone, Chapitreou sur le site de l'éditeur ==> Editions Manuscrit    Il s'agit donc d'un recueil regroupant des histoires teintées de Fantasy, de Rêves ou de Cauchemars, mais où la Poésie persiste à jeter ses notes métaphoriques. Nées d'une époque où les... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 18:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
lundi 6 février 2012

In memoriam

S’il vous arrive un jour de douter et de perdre espoir,Regardez autour de vous et dites vous « je ne suis pas seul,Où que j’ailles je saurais trouver quelqu’un qui m’entendra,Il me suffira d’élever mes pensées vers Dieu pour trouver la paix »Vous me regardiez il y a quelques jours, en ayant pitié de moi,Aujourd’hui, j’ai atteint la maison de mon père et j’ai retrouvé la quiétude.Ne pleurez pas sur ce que je fus, ni sur ce que j’aurais pu êtrePrenez soin de vous et vivez pleinement votre vie sans chagrin.Nous sommes de passage, et... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 19:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
samedi 28 janvier 2012

Songe d'une nuit brisée

  Illustration : Détail d'une sculpture signée Eugène Cyrille Brunet : Messaline Pour en savoir en peu plus à propos de cette oeuvre, c'est => par ici   Sur le déhanché de nos nuits blanches, je grave nos parcours de velours dans les vagues satinées de mes draps. Et comme l’océan, qui dans un ressac s’enlumine d’écume, ton corps s’évapore aux lueurs de l’aurore.. Je voudrais retenir la nuit qui s’enfuit, garder le rêve au creux de mes reins, le réchauffer jusqu’à lui rendre les couleurs de l’envie. Ne pas ouvrir les... [Lire la suite]
Posté par Rivendell à 23:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]